Les patients de l’Hôpital de Timmins et du district peuvent désormais avoir accès aux neurochirurgiens tous les jours 24 heures sur 24

12 novembre 2010, Timmins(ON) –Pour la première fois, les patients de l’Hôpital de Timmins et du district peuvent désormais avoir un accès direct à un neurochirurgien tous les jours 24 heures sur 24, grâce au Système de transfert d’images pour les urgences neurochirurgicales (STIUN). Cet important programme permet aux patients souffrant d’un traumatisme crânien ou d’autres troubles neurologiques de recevoir des soins près de chez eux, ce qui réduit considérablement la nécessité de transfert à haut risque.

« Nous franchissons une étape importante dans l'amélioration des soins aux patients en Ontario grâce à des initiatives de cyberSanté », a déclaré la ministre de la Santé et des Soins de longue durée, Deb Matthews. « Les patients peuvent ainsi avoir accès à des spécialistes à l’extérieur de leur collectivité sans être obligés de se déplacer. En plus, ils n’auront pas à subir deux fois les mêmes examens et obtiendront leurs résultats plus rapidement. »

L'initiative STIUN a été élaborée développé pour répondre aux recommandations d’un groupe de spécialistes en neurochirurgie qui a constaté qu’on acheminait de plus en plus les patients vers des soins neurochirurgicaux à l’extérieur de la province ou du pays en raison des délais d'attente excessifs. Le coût moyen de chaque aiguillage est estimé à 109 000 $.

« Ce programme fait partie intégrante de la stratégie de cyberSanté de l'Ontario », a déclaré Greg A. Reed, président et chef de la direction de cyberSanté Ontario. « Le STIUN fournit aux médecins l’infrastructure nécessaire pour éviter des transferts inutiles en les reliant aux neurochirurgiens spécialisés dans toute la province en temps réel. Cette initiative est un parfait exemple de la façon dont la collaboration au sein du système de santé change les modes de prestation des soins aux patients. »

Le STIUN est un système d’archivage et de transmission d’images centralisé et sécurisé sur le Web qui donne un accès à distance à des consultations neurologiques, et ce, de façon plus facile, plus rapide et plus précise. Les hôpitaux traitants dans la province introduisent les images de balayage du cerveau dans le STIUN auquel des neurochirurgiens peuvent avoir accès n’importe quand et n'importe où.

Dans le cadre de l’initiative STIUN, un patient souffrant d'un traumatisme crânien se présente au Service des urgences et des soins intensifs de l’Hôpital de Timmins et du district. Le médecin de garde prescrit un tomodensitogramme qui sera introduit dans le serveur du STIUN situé au London Health Sciences Centre (LHSC). Le médecin communiquera ensuite avec le service CritiCall pour fixer une consultation avec le neurochirurgien en service. Le médecin demande à ce dernier d’examiner, dans le STIUN, le tomodensitogramme du patient en question et discute avec lui des possibilités de traitement ou de transfert, ou des deux. Enfin, une décision de transférer le patient ou de le garder dans un centre de soins actifs local sera prise.

« Par conséquent, les patients de l'Hôpital de Timmins et du district recevront de meilleurs soins plus rapidement », de dire le directeur des services cliniques, Carlo De Lorenzi. « Ces investissements dans la technologie représentent une mesure que prend notre hôpital pour permettre aux patients de recevoir des soins pointus, pouvant leur sauver la vie, sans qu’ils soient obligés de parcourir de grandes distances. »

L'Hôpital de Timmins et du district est le 85e hôpital de soins aigus à se joindre au STIUN. L'hôpital sert de plaque tournante pour 16 centres de plus petite taille dans un rayon de 150 km qui ne disposent actuellement pas de tomodensitomètre.

« L'Hôpital de Timmins et du district pourra désormais offrir aux patients des consultations spécialisées avec des neurochirurgiens de garde partout dans la province pour déterminer si leur transfert vers un autre établissement est nécessaire ou non », a déclaré le docteur James Rutka, neurochirurgien, de l’Hôpital Sick Kids. « Le processus de consultation peut être vital pour les patients blessés à la tête, qui nécessitent une intervention urgente, et peut accélérer leur transfert vers un centre spécialisé en neurochirurgie. »

Depuis janvier 2009, 2047 cas de traumatisme crânien en Ontario ont été aiguillés vers le STIUN et 506 cas de transferts de patients ont pu être évités, ce qui a permis d’économiser plus de 50 millions $. Le déploiement complet du STIUN à l’échelle de la province devrait être achevé d'ici la fin de l'année.

Ensemble, cyberSanté Ontario et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée ont versé 2,3 millions $ pour financer l’élaboration et la mise en œuvre du STIUN dans toute la province, dans le cadre du programme de santé électronique du gouvernement de l’Ontario et de l'établissement d'un système de dossiers de santé électroniques.

Faits en bref :

  • L'Hôpital de Timmins et du district est le 85e hôpital de soins aigus à se joindre au STIUN.
  • Ensemble, cyberSanté Ontario et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée ont contribué 2,3 millions $ au programme.
  • On a évité 506 transferts de patients jusqu’à ce jour.
  • Le coût de transfert moyen est estimé à 109 000 $.
  • Des économies de plus de 50 millions $ ont été réalisées.

cyberSanté Ontario est l'organisation responsable de la mise en œuvre du programme provincial de santé électronique et de l'établissement d'un système de dossiers de santé électroniques pour tous les Ontariens, d'ici 2015.

L'Hôpital de Timmins et du district se fait un devoir de dispenser des services de soins de santé qui répondent aux besoins de la localité et du district. Sa mission consiste à fournir des soins de qualité supérieure, compatissants et axés sur le patient et la famille.

CritiCall est un service d’aiguillage d'urgence 24 heures sur 24 qui relie les hôpitaux et les ressources médicales partout en Ontario pour fournir aux médecins de la province des solutions stratégiques en matière de soins de santé n’importe quand et n’importe où.

Réalisations de cyberSanté Ontario

Le gouvernement de l’Ontario a confié le mandat suivant à cyberSanté Ontario :

  • Élaborer une stratégie de cybersanté et une politique opérationnelle en la matière.
  • Conformément à la législation relative à la protection de la vie privée, protéger la vie privée des personnes dont les renseignements personnels ou médicaux sont recueillis, transmis, stockés ou échangés par l’organisme ou par son intermédiaire.
  • cyberSanté Ontario vise en priorité à mettre sur pied des dossiers de santé électroniques d’ici à 2015.

Initiatives en cours :

Programme d’adoption des dossiers de santé électroniques (DSE)

  • Près de 5 500 médecins ont reçu des fonds pour adopter les dossiers médicaux électroniques afin d’améliorer la qualité des soins dispensés aux patients, d’optimiser les résultats en matière de santé et d’accroître la sécurité des patients.
  • Il y a un an, on a financé plus de 3 000 médecins.
  • Le remplacement des dossiers papier par les dossiers informatisés entraîne moins d’erreurs, permet de consacrer davantage de temps aux soins des patients et facilite l’analyse des données cliniques.
  • Les médecins, les hôpitaux, les spécialistes et les prestataires de soins peuvent partager les renseignements en toute sécurité, rapidement et aisément.

Réseau Télémédecine

  • Cette année, le Réseau Télémédecine Ontario (RTO) offrira plus de 90 000 consultations. Les patients recevront les soins le plus près possible de leur domicile.
  • L’année dernière seulement dans le nord de l’Ontario, plus de 31 000 consultations ont été effectuées.
  • Près de 3 000 professionnels de la santé en exercice dans plus de 925 localités réparties dans l’ensemble de la province comptent sur le RTO pour offrir des soins aux patients.
  • Depuis 2006, le Réseau Télémédecine a permis d’éviter aux patients 134 millions de kilomètres en déplacements.

Système TéléAVC

  • Le système TéléAVC procure aux patients victimes d’un AVC un accès permanent (24 heures sur 24, sept jours sur sept) à des soins susceptibles de leur sauver la vie, soins qu’ils ne recevraient pas sans ce système de pointe d’évaluation neurologique en temps réel.

Système de transfert d’images pour les urgences neurochirurgicales (STIUN)

  • Les neurologues à l’œuvre dans un des 13 centres de neurochirurgie de l’Ontario peuvent examiner les clichés d’imagerie 24 heures par jour, sept jours sur sept, et décider si un patient souffrant d’un traumatisme crânien doit être transféré dans un autre établissement afin de recevoir des soins actifs ou s’il convient de recommander une intervention d’urgence.
  • Plus de 500 transferts inutiles ont pu être évités. Les transferts comportent beaucoup de risques pour les patients et ils sont source de beaucoup d’inquiétude pour les familles concernées. De plus, ils sont coûteux.

Initiative de développement des systèmes d’imagerie diagnostique et d’archivage et de transmission d’images (ID/PACS)

  • À l’heure actuelle, 148 hôpitaux ontariens ont recours à l’imagerie diagnostique informatisée plutôt qu’à l’imagerie sur pellicule.
  • Le recours au système ID/PACS permet d’éviter la transmission physique d’images et la répétition inutile d’examens, ce qui signifie pour le patient un gain de temps et une obtention plus rapide de résultats.
  • L’exposition des patients aux rayonnements nocifs s’en trouve réduite et les coûts liés aux soins de santé se voient diminués.
  • Pour la première fois, l’ensemble des 26 établissements hospitaliers des Réseaux locaux d’intégration des services de santé d’Érié St-Clair et du Sud-Ouest peut maintenant accéder aux images diagnostiques numériques, notamment aux radiographies, aux tomodensitogrammes et aux IRM, et ce, par l’intermédiaire du Réseau d’imagerie diagnostique du sud-ouest de l’Ontario.

Visualiseur des profils pharmaceutiques des patients (VPPP)

  • Le VPPP permet d’afficher dans les salles d’urgences, cliniques, pharmacies et services des hôpitaux les antécédents pharmaceutiques des 2,5 millions de patients bénéficiaires du Programme de médicaments de l’Ontario.
  • Grâce à ce système, les médecins peuvent repérer les éventuelles interactions médicamenteuses, sauvant par le fait même des vies et entretenant la confiance des patients dans les plans de traitement.

Ordonnances électroniques

  • cyberSanté Ontario a lancé le premier programme d’Ordonnances électroniques au Canada en deux endroits : à Sault Ste. Marie (Partenariat de services de santé) et à Collingwood (Équipe de santé familiale de la baie Georgienne).
  • Le projet d’ordonnances électroniques améliore la qualité des soins dispensés aux patients en procurant aux médecins et pharmaciens un accès rapide à des renseignements fiables sur les ordonnances et sur les médicaments.
  • Le système d’Ordonnances électroniques permet de sauver des vies et réduit le nombre de consultations dans les services des urgences et dans les cabinets des médecins en prévenant les réactions aux médicaments indésirables attribuables à des ordonnances papier illisibles.
  • L’authentification, l’autorisation et l’exécution d’ordonnances électroniques réduisent le risque de fraude et de détournement.

Gestionnaire des rapports d’hôpitaux (GRH)

  • Le GRH permet d’acheminer des rapports d’hôpitaux au système de dossiers de santé électronique du médecin, et ce, en quelques minutes, sans qu’on ait à envoyer des rapports imprimés ou des télécopies.
  • Les patients n’ont pas à attendre que les renseignements les suivent. Les médecins reçoivent les données les plus à jour sur les patients, avant même que ces derniers se présentent au cabinet pour la consultation.
  • Les patients ont un accès plus rapide aux soins, et les inquiétudes associées à l’attente des résultats et du plan de traitement se trouvent considérablement réduites.
  • Plus de 100 médecins utilisent le GRH. Il peut fonctionner entre tout hôpital et tout cabinet de médecin à l’aide des systèmes de dossiers médicaux électroniques certifiés OntarioMD.

Système de gestion des maladies chroniques – Diabète

  • Le diabète est une maladie chronique grave et un problème de santé qui ne cesse de prendre de l’ampleur. Il est, en importance, la sixième cause de décès en Ontario et au Canada. Le diabète est une des principales causes de maladies cardiovasculaires, d’amputations, de cas de cécité et d’insuffisance rénale terminale rendant nécessaire la dialyse.
  • En Ontario, plus de 1 100 000 personnes (8,3 % de la population) vivent avec le diabète de type 1 ou 2. On prévoit qu’au cours de la prochaine décennie, 734 000 nouveaux patients diabétiques s’ajouteront aux autres, portant le total de personnes atteintes à 1,9 million d’ici l’an 2020.
  • Le recours au Système de gestion des maladies chroniques - Diabète (SGMC-Diabète) permettra aux prestataires de soins de santé de sauver la vie, les membres et les yeux des patients ontariens.
  • Le Registre des cas de diabète aidera les patients et les prestataires de soins de santé à prendre en charge les Ontariennes et Ontariens diabétiques selon les lignes directrices recommandées.
  • Après un processus d’achat rigoureux, on a annoncé récemment le consortium de fournisseurs retenu (CGI, Axsys et Endeca).

Pour en savoir davantage, communiquer avec :

Kali Garneau
Coordonnatrice des communications
Hôpital de Timmins et du district
705-267-2131, poste 2030
kgarneau@tadh.com

Heather Brown
Conseillère en communication
CyberSanté Ontario
heather.brown@ehealthontario.on.ca


Nouvelles récentes

Le Visualiseur des profils pharmaceutiques des patients (VPPP) restera accessible après le 2 avril 2020, jusqu’à nouvel ordre

Pour soutenir les fournisseurs de soins de santé dans leur lutte contre le nouveau coronavirus (COVID-19), le ministère de la Santé et Santé Ontario (Services numériques) reportent la fin du service…

En savoir plus

Avis important : Fin du programme Connexion Sud-Ouest de l’Ontario (cSOO); transition vers Santé Ontario (Services numériques)

Grâce au déploiement et à l’adoption réussis d’outils numériques pour les fournisseurs de soins de santé dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario, le programme cSOO mettra fin à ses activités,…

En savoir plus